Vous êtes ici

Festival des Nuits d'Orient 2020

L'édition 2020 du Festival des Nuits d'Orient (sa 21ème édition) devait se tenir du vendredi 20 novembre au dimanche 6 décembre 2020. Le re-confinement remet en cause cette initiative culturelle et artistique unique.


Le Festival des Nuits d'Orient est un moment attendu par beaucoup de nos adhérents, de cheneveliers, d'acteurs de la MJC-CS. Nous y sommes impliqués depuis 2003. C'est un temps fort de notre Maison, un moment spécial qui permet de fédérer de multiples énergies, de combiner des formes artistiques variées et d'accueillir habitants, adhérents et public dans une ambiance singulière et chaleureuse. Il est, depuis plusieurs éditions, l'occasion de présenter des oeuvres créées, portées par le collectif de femmes de la MJC. Il a ainsi permis l'éclosion de l'exposition « des robes qui nous racontent », favorisé l'écriture d'un livre qui détaille cette démarche et, plus près de nous, accueilli plusieurs représentations du spectacle « Ali Baba et les 40 princesses » que nous avons eu le plaisir de produire au Cèdre (Chenôve), au Théâtre des Feuillants (Dijon) ou encore à Dôle.

Cette année encore voyait la définition d'un projet artistique ambitieux.


En effet, nous avons initié une très belle collaboration avec l'artiste Nadia Lang (comédienne, metteure en scène). Dès les premiers échanges, nous avons mesuré son enthousiasme et son énergie à accompagner et partager une démarche de création. Elle a formé de nombreux comédiens, en tant que pédagogue au sein de conservatoires de théâtre et nous souhaitions ardemment bénéficier de son regard et de ses connaissances pour nous aider à faire émerger une nouvelle oeuvre.
Nous venions de sortir péniblement du premier confinement et nous souhaitions recueillir l'expression des habitants sur cette phase qui les avait profondément marquées.


Nadia Lang est passionnée d'Albert Camus (dont nous célébrons en 2020 le 60ème anniversaire de sa mort). Son roman, « La Peste », s'est rapidement et logiquement imposé à nos esprits. Écrit en 1947, cette fiction nous plonge dans la ville d'Oran, terriblement touchée par une épidémie de Peste qui la coupe du monde extérieur. La population vit dans la peur, confinée. Cette tragédie fait immédiatement résonance avec la période trouble que nous venions de franchir et dans laquelle nous nous trouvons malheureusement encore.


Aussi, le collectif a rencontré Nadia en juillet 2020. Elle a présenté aux femmes son souhait d'exploiter l'ouvrage, dont l'écriture et le récit sont étonnement contemporains, et de le faire correspondre avec le vécu de chacune d'entre elles.
L'été a permis de s'approprier le livre et, dès le mois de septembre, se sont engagées les premières séquences de travail. Nadia a établi un long travail de découpage de l'oeuvre en mettant en lumière les étapes essentielles, les temps forts et l'incroyable effet-miroir avec les semaines récentes de confinement vécues par chacun d'entre nous.


Toutes les femmes étaient alors invitées à transcrire leurs ressentis, leurs anecdotes et expériences de vie. Le spectacle se construisait ainsi : un choeur de femmes qui interprétera des passages du livre « La Peste », entrecoupés de scènes de la vie quotidienne.
A raison de 2 à 3 RDV de travail, positionnés pour beaucoup la semaine en soirée et certains les dimanches après-midis, Nadia a enclenché une démarche sérieuse, énergisante, dans laquelle les femmes se sont clairement investies et impliquées. Les contraintes sanitaires complexifiaient ces temps de travail et de répétition (distanciation sociale, port constant du masque, absence de temps conviviaux,...) mais chacune a pris à coeur sa place dans cette création.


L'expérience acquise sur les précédentes créations leur a permis d'être immédiatement efficaces. Nadia fut étonnée de leur assurance, leurs convictions.
Initialement programmé à la MJC de Chenôve, la Ville de Chenôve nous offrait, une fois de plus sa confiance, et nous proposait de valoriser cette démarche dans la salle emblématique du Cèdre le jeudi 3 décembre 2020.


Le couvre-feu, imposé dès le 23 octobre, puis cette phase de re-confinement, ont remis en cause cette heureuse conclusion qui excitait l'ensemble des protagonistes.
Néanmoins, ce n'est qu'une pause que nous souhaitons temporaire. Nous remettrons toutes nos énergies en action dès que la situation sanitaire le permettra afin de présenter cette démarche qui fera certainement résonance avec tous.
Un grand merci aux femmes pour leur implication : Radia, Colette, Mama, Frédérique, Rachida, Janine, Touria, Fatma, Brigitte, Besma, Nisibé, Karima, Fatima, Rabia, Lilia et Nadia pour la qualité de ses interventions.

Outre cette création qui nous tient particulièrement à coeur, le festival devait voir des spectacles, ateliers artistiques et projections cinématographiques :

  • Spectacle « Salade, tomates, oignons » par la Cie Chajar et Chams


    Écriture et jeu de Jean-Christophe Folly
    Étape importante et symbolique pour l'auteur-acteur, son texte Salade, tomate, oignons s'inspire en effet du 20e arrondissement, de sa solitude au début des années 90 dans le quartier Maraîchers-Porte de Montreuil.
    Ce spectacle était programmé à la MJC le samedi 28 novembre

  • Ateliers calligraphie


    Les participants de l'activité calligraphie devaient s'initier à un art ancestral grâce à l'artiste calligraphe Salima Lekouara. Cette activité devait donner lieu à des ateliers ouverts au Centre social de Chenôve. Des moments exceptionnels, riches de rencontres qui auraient permis d'aboutir à un finissage où les oeuvres collectives et individuelles devaient rejoindre l'exposition commune " La lettre vivante".
    Nous avions eu le plaisir de mettre en place cette action, grâce au partenariat proposé l'an passé par l'Espace Socio-Culturel de l'ACODEGE. La réussite de cette démarche les avait conduits à nous reproposer de porter, ensemble, l'accueil de Salima. Merci pour leur confiance.
    7 ateliers étaient programmés entre octobre et décembre 2020. Seul un atelier a pu se concrétiser au Centre Social le samedi 10 octobre 2020.

  • Projection du film documentaire « le système alimentaire de Fès, Maroc »


    Cette action était construite avec l'association « Soleil d'Or ». Elle était programmée le samedi 21 novembre au Centre Social.
    Nous souhaitions, par l'appui de ce film, toucher la population du grand ensemble, valoriser la région d'origine de certains et démontrer des alternatives de production et de consommation qui se développent sur le continent Africain.
    Ce film est inscrit au festival « AlimenTERRE » que nous devrions développer sur notre structure.

    Cette édition 2020 augurait de beaux moments d'échanges, de découverte, de tolérance, des valeurs dont la société actuelle a grandement besoin.
    C'est donc avec beaucoup de déception, pour l'ensemble de l'équipe de la MJC/Centre Social, que nous devons renoncer à sa mise en place.

  • Dans la même rubrique

    Rechercher sur le site